Harry Potter et l’Enfant Maudit : un livre théâtrale

Après de longues années d’absence (le dernier tome des aventures de notre sorcier préféré date d’octobre 2007 relatant sa septième année à Poudlard en 1998), J.K. Rowling a continué d’alimenter la magie avec l’écriture de tomes annexes et hors continuités. Je pense notamment aux Contes de Beedle le Barde, recueil des contes utiles aux trio lors de leur dernière aventure. Cette fois-ci, l’auteure à succès nous livre la retranscription de la pièce Harry Potter et l’Enfant Maudit (Partie 1 et 2) dont elle est la co-scénariste avec Jack Thorne (scénariste de Skins).

1460199893-3eaa07eb7b2abebdaa0fb9f005cd3aaf
J.K. Rowling

Jouée pour la première fois, le 31 juillet 2016 au Palace Theater de Londres, la pièce poursuit l’histoire là où Harry Potter et les Reliques de la mort terminait son épilogue, soit 19 ans après la mort de Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom.

Si Voldemort est mort, de quoi ça parle?

7785245704_le-cast-de-la-piece-de-theatre-harry-potter-and-the-cursed-child
L’équipe de la pièce avec de gauche à droite : Harry Potter, Drago et Scorpius Malefoy, Albus Severus Potter, J.K. Rowling, Ginny Potter, (inconnu), Hermione Granger (oui, oui), (inconnu) et Ron Weasley

À la fin des Reliques de la Mort, nous apprenions au grand dam de tous que deux couples se formaient : Harry et Ginny, Ron et Hermione. Ces deux couples allaient tous deux donner naissance à des enfants : James Sirius, Albus Severus et Lily Luna Potter; Rose et Hugo Weasley. Lors des quatre actes de la pièce, nous nous concentrons essentiellement sur Albus, qui a du mal à assumer le poids de l’héritage parental. Ceci sera source de tensions au sein de la relation père – fils tout au long de la pièce, tensions qui pourraient bien être elles-même source de plus gros problèmes impliquant les Forces du Mal…

harry-potter-et-l-enfant-maudit-film-comediens-piece
De gauche à droite : Albus (Sam Clemmett), Harry (Jamie Parker) et Ginny (Poppu Miller)

Et alors, ça se passe mal?

Il est vrai que la retranscription sur papier d’une pièce de théâtre donne une lecture particulière et souvent rapide. Regardez dans vos bouquins, les dialogues se lisent souvent plus rapidement que de longues descriptions à l’imparfait. Les 300 pages du livre se lisent donc très vite. Voire trop vite, ce qui m’a donné du mal à suivre les premières pages de l’histoire où l’on suit les premières rentrées à Poudlard des enfants Potter, Weasley et Malefoy avant de s’arrêter à la quatrième année.

La pièce de théâtre a, pour la suite, à mon avis, limité ce qui se passait ensuite. Puisqu’il s’agit d’un théâtre, les effets spéciaux dus à la magie doivent être physiquement réalisables (et doivent utiliser la scène comme champ d’actions, donc on oublie les longues distances) et pas numériquement réalisables. Bien que l’ensemble de la féerie soit présentes (le Poudlard Express, la vendeuse de bonbons du train, le Choixpeau, Bane le centaure, les Mangemorts, le retourneur de temps, les tableaux magiques, la carte du Maraudeur…), les combats font moins appel à la grandeur qu’apporte la magie. La pièce est d’avantage tournée vers un puzzle à résoudre pour avancer, normal pour du théâtre où les unités de temps, de lieu et d’action limitent grandement ce qui s’y passent. Une fois la fin devant vous, la pièce pourra vous paraître simple, ou bâclée. Mais elle conserve la féerie des livres. Bien que laissant l’envie d’en avoir vu et voulue plus.

La lecture n’en reste pas moins plaisante. Une personne ayant lue les livres et vue les films au moins une fois dans sa vie y trouvera son compte. Revoir mes héros de collège / lycée dans de nouvelles aventures est toujours quelque chose bien que le fait de lire une pièce de théâtre laisse moins de place à des aventures extraordinaires, détaillées sur une période pleine d’une année entière. Choses qui pourraient rebuter le Potterhead qui sommeille au plus profond de vous.

Malheureusement, n’espérez pas voir cette pièce au cinéma ni voir Daniel Radcliffe reprendre sa cape et sa baguette un jour… Ce n’est pas pour autant que l’univers Harry Potter s’arrête là, puisque cinq films sur Les Animaux Fantisques de David Yates avec Eddie Redayme (Une merveilleuse histoire du temps, The Danish Girl) sont prévus!!!

Wingardium Levioooosa!!!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s